Savarin, test n°1

Il y a tellement de pâtisserie qu’il nous est impossible d’en faire en formation (surtout lorsqu’on n’a que 6 mois pour « tout » apprendre). Aussi il faut continuer à « s’exercer » seul ce qu’on n’a pas pu apprendre en cours.

On a fait une fois le baba au rhum mais c’était une catastrophe (même si notre formatrice vous dirait le contraire). Lorsqu’une pâtisserie pêche dans sa finition, je ne peux que le « déclasser » (classer dans « laisse à désirer »). Même si le baba n’est pas ma tasse de thé (trop alcoolisé  pour mes papilles), j’aimerais en faire au moins une fois correctement.

Savarin ou baba non ce n’est pas une digression. Les deux pâtisseries ont une parenté et la différence est plus dans la forme que le fond. J’ai trouvé l‘explication (heureusement qu’il y a Google est là). Du coup je me coucherai moins bête ce soir 😉

J’ai testé cet après midi le savarin à la chantilly (l’autre variation « à la crème pâtissière). Comme je n’ai pas de moule pour savarin, je me suis rabattue sur moule à kouglof (que je testerai la prochaine fois). Le résultat esthétique n’est pas mal aussi j’espère que le gustatif sera à la hauteur de mon espérance (ça m’évitera d’en refaire 😎).

Il m’en reste des savarins « secs » et sans garniture, il faudrait que les « caser » avant la fin de la semaine prochaine 🤔

savarin mais moule kouglof
savarin mais moule kouglof
savarin à la chantilly cerise à l'eau de vie
savarin à la chantilly cerise à l’eau de vie
savarin à la chantilly orange confit (fait maison)
savarin à la chantilly orange confit (fait maison)