Mi Parcours…

Si si je suis toujours là, même si je n’alimente plus souvent mon blog.  Je continue de suivre (comme je peux) de très loin (au sens propre comme figuré) les écrits de mes bloggers préférés.

Non je n’hiverne pas mais je tiens depuis la fin de novembre une cafétéria. Je commence à m’y faire aux horaires et aux visages. Chacun apprenant turc a ses petites habitudes même si  je ne suis pas physionomiste, je finis par retenir les « préférences » des habitués.

Voici ce que je retiens de ma clientèle turque…ils boivent plus qu’ils ne mangent. La pâtisserie française est certes bien côté mais ils n’en consomment pas voir peu. Qu’ importe le prix pratiqué et la qualité proposée c’est ainsi. Les apprenants et leurs proches prennent généralement du thé (turc) et du café (filtre car je ne sais pas faire le café turc et ne désire pas de l’apprendre). Ils ne sucrent pas ou peu leur boisson alors manger une pâtisserie française c’est presque exceptionnel. Heureusement que je n’en fais pas et la viennoiserie est réservée pour le week end matin, sinon elle me serait restée sur les bras 😟. Les enfants turques mangent des cochonneries (des produits industriels apportés par les parents – car je refuse d’en proposer) mais ils boivent de l’eau. Fort heureusement ils ne ruent pas sur les sodas. Vu le nombre de fast-foods, la population urbaine turque risque d’avoir (à moins qu’il soit déjà trop tard ) les mêmes problèmes médicaux que les occidentaux (et les autres).

Maintenant il se peut que je me trompe : la situation (économique) actuellement n’arrange pas. Le temps est difficile pour tout le monde sauf pour les fortunés…

Ah les fêtes de fin d’année vont pointer leur nez, elles (pour ceux qu’ils peuvent en profiter) vont briser la morosité. Je vais me « régaler » : pâtisser 😍 des bûches ! Qu’on aime ou n’aime pas les bûches rythment avec les fêtes. Mi-décembre, j’organiserai un dimanche après midi gourmand/gustatif à, histoire de rompre la monotonie. Après je m’y collerai : honorer les éventuelles commandes de bûches (traditionnelles et entremets) et préparer les galettes de roi (je vais souffrir car « travailler » la pâte feuilletée sans laminoir il faut avoir des biceps 😬).

Je ferai un break après les fêtes surtout je pourrai dévaliser les boutiques parisiens 😎. Le mari ne va pas être content car je vais faire chauffer sa CB. Cela dit il n’a rien à dire car j’étais et suis sage comme une image. J’en ai aussi donné ma liste de cadeaux au « Père Noël »- c’est un homme très demandé par le temps qui court autant en prendre des devants 😂).

flan pâtissier/café de Paris
flan pâtissier/café de Paris*

*petit encas pour les apprenants (ou non) qui vont passer leur examen aujourd’hui à l’Institut

Fossé non négligeable entre rêve et réalité

Il est certain qu’une fois confronté à la réalité de la vie, on redevient plus raisonnable et revoit ses « objectifs » à la baisse.

Lors de ma formation de CAP pâtisserie, je souhaiterais effectuer mes stages chez une grande enseigne de pâtisserie type Lenôtre mais l’idée de « perdre » du temps et de l’énergie dans les transports communs m’ait conduit à me postuler chez les artisans boulangers pâtissiers du quartier. C’était avec envie que je regardais certains de mes camarades de classe s’en allaient à leur stage dans des maisons prestigieuses. Il semblerait cependant que je n’étais pas si mal (voir mieux) lotie que ces élèves. Nous apprenions avec l’effroi l’expérience de ces malheureux stagiaires : ils avaient été malmenés physiquement  moralement et verbalement. Le pire : ils n’ont rien appris à part travailler à la chaîne. ET oui le monde des métiers de la bouche est impitoyable. Il est fort possible (et je l’espère de tout coeur) que certaines grandes maisons soient plus attentives à leur personnel mais il faut avoir beaucoup de chance pour tomber sur cet oiseau rare.

Dans le même registre : la beauté d’une boutique ne garantie pas la propreté de son laboratoire (jargon pâtissier  : arrière boutique)  sauf les grandes maisons qui ont des moyens et personnel (corvéables). Maintenant que j’ai le diplôme en poche je suis encore plus circonspecte qu’avant (je vérifie toujours l’état des WC d’un restaurant avant de donner mon approbation – même si la cuisine est bonne ).

Je voulais aussi travailler chez un traiteur mais plus d’une personne m’avait dit : vu de l’extérieur c’est sympa mais de l’intérieur c’est l’enfer. On travaille sous pression et fait toujours les mêmes choses…Encore un rêve qui vole en éclat.

Mon autre aspiration est d’ouvrir un salon de thé. Une boulangerie/pâtisserie n’est pas ma tasse de thé car je n’ai pas de CAP boulangerie et pas envie de commencer à 4h du matin même si je préfère personnellement le pain à la pâtisserie. Il est fort probable qu’enfant je n’ai pas assez jouer à la dînette d’où cet envie de « thé et compagnie ». La vie nous réserve bien de surprises (agréables ou non).

Depuis la semaine dernière, je tiens seule temporairement un « café » à temps partiel. En attendant d’un nouveau repreneur de la cafétéria de l’institut, on m’a confié « les clés du camion  » (salle et cuisine). Vu que je leur rends un service (on ne va pas laisser les apprenants et leur proches mourrir de soif) je peux donc choisir mes heures d’ouverture 😎. Je peux bien sure servir à manger (le salé) mais étant seule je ne me vois pas cuisiner ni tenter le diable (courir un éventuel risque d’intoxication alimentaire). Je me contente de servir le thé, café et « gâteaux de voyage » exemple financier.

Je suis contente car ça m’occupe et me donne un aperçu de ce qui m’attend…on passe son temps à attendre des clients 😟. Ce n’est pas pour demain le salon de thé même si j’ai les moyens logistiques mais il faut s’adapter à la demande. Des rêves et ambitions ne sont atteignables qu’avec de la chance et des éléments extérieurs et indépendants à nos efforts et volontés. Même en ayant  les bons produits voir les meilleurs de la ville (il n’y a peu voir pas de concurrence lorsqu’on est à l’étranger), la clientèle peut ne pas être au rendez vous (pour x ou y raison) on n’a plus que les yeux pour pleurer 🙄.

img_2044
Madeleine au citron